Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la Fédération Française de Généalogie

N ... comme numérotation Sosa

16 Juin 2016, 08:34am

Publié par F.F.Généalogie

N ... comme numérotation Sosa

Tout généalogiste qui commence ses travaux cherche une méthode pour s'y retrouver dans la masse de plus en plus grande de ses ancêtres.

Une méthode fut développée par Stephan Kékulé von Stradonitz (1863-1933). Les principes de base en sont simples :

- un homme dans le tableau d'ascendance est un père, il a donc un numéro pair.

- une femme dans le tableau d'ascendance a donc toujours un numéro impair.

- Le père a un numéro double (2n) de celui de son enfant (n).

- La mère a un numéro (2n+1) égal au double de celui de son enfant (n) plus 1.

On appelle "de-cujus" celui dont on trace le tableau d'ascendance ; il a toujours le numéro 1 quel que soit son genre.

Le nombre théorique d'ancêtres double à chaque génération.

Le calcul théorique donne le tableau complet suivant pour un G1 - De cujus né en 2010.
ATTENTION ! Les dates des quelques rappels historiques "d'intérêt généalogique" sont approximatives car définies en fonction de la date des générations) :

 

Génération
G
G + 1
Nombre théorique
d'ascendants à G + 1
= 2 puissance "G"
Ascendants
G + 1
nés vers
Effectif total théorique
de l’arbre Sosa à G + 1
= (2 x 2 puissance "G") - 1
Quelques rappels historiques
ou jalons d'intérêt généalogique
1
De cujus
2
2
1980
3
Premiers ordinateurs personnels
2
Parents
3
4
1950
7
Début de la décolonisation
3
Grands parents
4
8
1920
15
Construction des Monuments aux morts en France
4
Arrière grands parents
5
16
1890
31
Expansion coloniale IIIe République
5
Arrière arrière
grands parents
6
32
1860
63
Livret de Famille
Fin du "petit âge glaciaire", nuisible à l'expansion démographique
6
7
64
1830
127
Arbre complet
en général possible
et assez facile
à réaliser
La Restauration reconnaît la noblesse d'Empire.
Conquête de l'Algérie
7
8
128
1800
255
Napoléon BONAPARTE
Calendrier républicain
8
9
256
1770
511
Arbre complet
souvent possible
mais difficile
Fin des épidémies de peste
 
9
10
512
1740
1 023
 
10
11
1 024
1710
2 047
Fin du règne de Louis XIV
11
12
2 048
1680
4 095
Arbre complet
rarement possible
Révocation de l'Édit de Nantes
12
13
4 096
1650
8 191
Louis XIV officialise les titres de noblesse
13
14
8 192
1620
16 383
Première expansion coloniale française
14
15
16 384
1590
32 767
Édit de Nantes (Henri IV)
Le Calendrier grégorien remplace le Calendrier julien
15
16
32 768
1560
65 535
Débuts des Guerres de Religion
16
17
65 536
1530
131 071
Arbre complet
quasi-irréalisable
État Civil (Ordonnance de Villers-Cotteret)
17
18
131 072
1500
En Europe
moins de 10 villes
ont plus de
100 000 hab.
Christophe Colomb pose le pied sur le sol américain
18
19
262 144
1470
-
Fin de la Guerre de Cent Ans
19
20
524 288
1440
Population de Paris
inférieure à
500 000 hab.
  
20
21
1 048 576
1410
-
Azincourt (la noblesse française y est décimée)
21
22
2 097 152
1380
-
Début du "petit âge glaciaire"
nuisible à l'expansion démographique
22
23
4 194 304
1350
-
Grande Peste Noire, début de la Guerre de Cent Ans
23
24
8 388 608
1320
-
Fin du "climat optimum médiéval",
favorable à l'expansion démographique
24
25
16 777 216
1290
Population française
inférieure à
16 000 000 hab.
Fin des Croisades
25
26
33 554 432
1260
-
Re-naissance des Notaires
26
27
67 108 864
1230
-
 
7
28
134 217 728
1200
Nombre supérieur
aux ancêtres disponibles
dans le monde entier 
:
Population mondiale voisine de
400 000 000
et 30 % voisin de
120 000 000

Sacrement du mariage

(Concile Latran IV)

28
29
268 435 456
1170
-
 
29
30
536 870 912
1140
Population mondiale
inférieure à
450 000 000 hab.
 
30
31
1 073 741 824
1110
-
Formation des noms de famille
31
32
2 147 483 648
1080
-
Début des Croisades
32
33
4 294 967 296
1050
-
 
33
34
8 589 934 592
1020
-
Expansion normande en Méditerranée
34
35
17 179 869 184
990
-
Hugues Capet devient roi de France
35
36
34 359 738 368
960
-
Raids et pillages vikings sur toute l'Europe du Nord
36
37
68 719 476 736
930
-
 
37
38
137 438 953 472
900
Nombre total d'êtres humains
ayant vécu ou vivants (2010)
inférieur à
110 000 000 000
 
38
39
274 877 906 944
870
-
 
39
40
549 755 813 888
840
-

Traité de Verdun

(premier texte français)

40
41
1 099 511 627 776
810
Mille Milliards
d'ancêtres... en théorie...
Charlemagne
Début du "climat optimum médiéval",
favorable à l'expansion démographique.

selon Wikipédia

Que retenir de ce tableau ? Que nous descendons d'un petit groupe d'individus différents. Comment cela se marque-t-il dans notre tableau d'ascendance en numérotation Sosa ?

Une même personne porte plusieurs numéros Sosa, c'est ce qu'on appelle l'implexe.

Dans certains cas, l'implexe peut limiter grandement le nombre d'ancêtres. On retrouve les cas les plus connus parmi les rois d'Espagne :

  • Le roi Charles II d'Espagne, 1661-1700, qui n'a que 10 ascendants différents sur ses 32 quartiers à la sixième génération, soit une consanguinité de 25,37%. Ses 4 arrière-grands-parents (au lieu de 8 sans implexe) étaient tous des Habsburg.
  • Le roi Alphonse XII, 1857-1885, qui n'a que 8 ascendants différents sur ses 32 quartiers à la sixième génération, soit une consanguinité de 26,66%. Ses 4 arrière-grands-parents (au lieu de 8 sans implexe) étaient tous des Bourbons ; ses parents étaient doublement cousins germains, une fois cousins issus de germains, et deux fois issus d'issus de germains...
     

Le cas d'Alphonse XII d'Espagne est intéressant car des rumeurs courent sur l'identité de son géniteur. La forte consanguinité est peut être ici un mythe car le calcul s'appuie sur un des principes de la généalogie qui est que l'époux de la mère est le père de l'enfant, jusqu'à preuve du contraire.

 

Parmi nos numéros Sosa, deux séries sont plus interessantes :

celle des 2n, qui est la lignée par les mâles ou lignée agnatique

celle des 2n-1, qui est la lignée par les femmes ou lignée utérine

Les tests génétiques actuels peuvent facilement nous renseigner sur ces deux lignées.

La lignée agnatique est celle du chromosome Y que chaque géniteur transmet à ses garçons.

La lignée utérine est celle de l'ADN mitochondrial.

Une fois les recherches génétiques faites, nous pouvons savoir si deux personnes sont issues d'un même ancêtre par la lignée agnatique ou de la même ancêtre par la lignée utérine mais la génétique ne nous donne pas l'identité de cet ancêtre commun.

La généalogie nous donne des identités d'ancêtres qui ont été des parents mais pas forcément des géniteurs (épouse infidèle, remplacement d'enfants). Dans l'histoire des familles, les transmissions sont variées et ne concerne pas uniquement les gênes ; c'est l'intérêt de la généalogie pour mieux comprendre qui nous sommes et d'où vient ce que nous sommes.

Commenter cet article

Briqueloup 20/06/2016 14:05

J'aime ce rappel à mémoriser : "un homme dans le tableau d'ascendance est un père, il a donc un numéro pair."