Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la Fédération Française de Généalogie

Décès de Jean Morichon

1 Septembre 2009, 13:14pm

Publié par F.F.Généalogie

Nous venons d’apprendre avec regret le décès de Jean Morichon ancien président de la Fédération française de généalogie, le vendredi 28 août à l'age de 83 ans.

Toute sa vie, il s’impliqua dans la vie généalogique associative, 

Président du Cercle Généalogique du Haut-Berry pendant presque 30 ans, il sera également président de l’Union Généalogique du Centre de 1980 à 2007 et membre de l’Académie internationale de généalogie.

 

Président de la Fédération française de généalogie de 1998 à 2004, il fut l’organisateur du XIVème congrès national de généalogie à Bourges en 1997 puis du IVe colloque international de généalogie de l’Académie internationale de généalogie à Paris en 2005.

 

Initiateur du portail Bigenet, serveur Internet destiné à présenter au public les dépouillements effectués par les associations généalogiques françaises, il permit à des millions de généalogistes d’accéder aux données collectées par les cercles de généalogie français.

 

Ses obsèques ont lieu le vendredi 4 septembre à 15 h en la cathédrale de Bourges.


Jean Morichon au milieu des membres du bureau de la FFG en 2000

Jean Morichon, né en 1927, a passé sa jeunesse à Selles-sur-Cher où il a travaillé comme préparateur avec son père dans la pharmacie Moreau avant de devenir en 1956 contrôleur médical à la Caisse primaire d’assurance maladie du Loir-et-Cher à Blois. En 1961, il obtint le poste de directeur de la maison de repos Le Châtelier à Saint-Florent-sur-Cher. Cet établissement s’est transformé en 1970 en l’Institut Le Châtelier à vocation médicale et pédagogique pour adolescents. Jean Morichon y prit le poste de directeur gestionnaire jusqu’à sa retraite en 1988.

Ayant beaucoup le sens de la famille, la question sur l’origine de ses parents l’a amené à pousser la porte de la toute jeune association Cercle généalogique du Haut-Berry en 1977 dont il prendra au bout de deux ans la présidence pour la céder en 2007 à Mme Tatin. Sa passion pour la généalogie amena aussi ce travailleur acharné et autodidacte à prendre la présidence de l’Union généalogique du Centre de 1990 à 2007 puis celle de la Fédération française de généalogie de 1998 à 2004.

Alliant rigueur et efficacité, il organisa à Bourges en mai 1997 le 14e congrès national de généalogie réunissant plus d’un millier de participants pendant quatre jours. À cette occasion, il fit rebaptiser la rue entre la place Gordaine et la place Saint-Bonnet au nom de Jean Girard, clerc sulpicien originaire de ce quartier historique. Partit au Québec en 1724, il fut le premier musicien professionnel de la ville de Montréal où il avait emporté avec lui le livre d’Orgue le plus important au monde actuellement conservé de la musique du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle. Le sommet de cet hommage fut un concert unique d’un extrait ce livre d’Orgue joué en la cathédrale.

En tant que président de la Fédération, il fut responsable du Congrès international de Besançon en l’an 2000. Il a également organisé à Bourges en mai 2005 le colloque au Palais de justice, ancien couvent des Ursulines, où Marie Drouet vécut avant de rejoindre la communauté de Québec et de fonder le monastère de Trois Rivières. Le jardin donnant sur la rue des Arènes porte depuis le nom de cette religieuse missionnaire.

La même année, un autre colloque de l’Académie internationale avait lieu sous son impulsion à Paris.

Esprit ouvert et pionnier sur les techniques nouvelles aussi bien dans sa vie professionnelle que celle associative, il a créé conjointement avec les Archives de France le site internet bigenet.org où tous les actes d’état civil relevés peuvent être consultés pour aider les recherches de tous les amateurs et professionnels dans le monde entier.

Fondateur de l’association Berry-Québec avec Michèle Blayac, présidente de la régionale de France-Québec, il a participé à de nombreuses rencontres de généalogie dans cette « belle province » d’outre-Atlantique avec les associations québécoises qui permettent à leurs habitants de retrouver leurs racines d’origine française et de connaître les lieux de mémoire communs à nos deux peuples.

Malgré sa longue maladie à ce jour incurable, Jean Morichon continua ses activités de bénévole jusqu’à ses derniers jours. Il est décédé le samedi 29 août 2009 au début de sa 83e année.

Commenter cet article