Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la Fédération Française de Généalogie

le Cercle généalogique de la Drôme provençale et "La case de l'oncle doc"

19 Janvier 2015, 17:15pm

Publié par F.F.Généalogie

la-case-de-l-oncle-doc-176x172.jpg

L'émission de France 3 "La case de l'oncle doc", diffusée le lundi 2 février à 23h50, mettra à l'honneur le Cercle Généalogique de la Drôme Provençale et plus particulièrement une de ses adhérente : Cathy LACHENAIE. 

Voici le témoignage qu'elle nous a livré :  

"« Cherchez et vous trouverez »…

Si je peux aujourd’hui me permettre ce modeste conseil, c’est que pour l’avoir entendu et tenté, je ne peux que m’en réjouir aujourd’hui, et donc vous inciter à faire de même.

Mes premiers pas en Généalogie furent guidés par une professeure d’Histoire passionnante qui organisa une visite aux Archives départementales du Puy de Dôme alors que je n’avais que 12 ans, mais cette perspective me réjouit d’autant que le but était la consultation  d’un acte concernant notre Famille. Cette joie ne fut que de courte durée, car lorsque je demandais à mes parents les renseignements nécessaires à la préparation de cette visite, j’appris que cela ne serait pas possible….On m’expliqua alors que 3 de mes grands Parents étaient de l’Assistance Publique ils étaient des enfants abandonnés. Deux venaient de l’Assistance Publique de Paris, un de celle de Saint-Etienne et que le seul à avoir une Famille était originaire de la Haute-Loire.

C’est donc lors de cette visite avec ma Classe, sans rien avoir à chercher, ni à trouver, que je croisais le mot « frustration », puis tout de suite après le mot « curiosité » et celui-ci ne devait plus me lâcher…

De ce jour-là je n’ai eu de cesse de questionner, de m’interroger sur mon histoire et sur l’histoire en général.

Sur mon Histoire bien peu de réponses me furent apportées, mes parents et grands-parents encore vivants, je m’accrochais au moindre détail que l’on me donnait, mais personne ne comprenait ce qui pouvait bien m’intéresser dans tout cela. Mes grands-parents ne souhaitaient pas en parler  et mes parents ne comprenaient pas mon intérêt sur ce qui était leur histoire et non la mienne, après tout « j’avais moi-même des grands-parents, cela aurait dû selon eux me suffire ».

Accrochée à chaque fragment d’histoire, que l’on voulait bien me distiller, je conservais chacun précieusement et le prenait en note afin de ne rien oublier, pour apprendre et pourquoi pas un jour découvrir et transmettre…

Tout ce qui concernait la Généalogie m’intéressait, me passionnait mais toujours ma démarche fut freinée par le poids de ma Famille hostile à cet intérêt. Jusqu’à ce jour d’octobre 2012 où devenue « une grande fille âgée de 51 ans » je poussais la porte du Cercle Généalogique de la Drôme Provençale, région éloignée de ma région natale, sans trop savoir je l’avoue ce que je venais faire ou chercher.

Un accueil chaleureux me fut réservé et les 3 personnes que j’ai rencontrées ce jour-là me tinrent le même discours… après avoir expliqué mon intérêt pour la Généalogie mais mon incapacité à trouver quoi que ce soit compte-tenu des circonstances… on m’expliqua que tout d’abord je devais faire abstraction de tout ce qui avait pu m’être dit en terme de versions familiales de type oral et que ce n’était pas parce que je ne savais pas, que je n’étais pas en mesure de chercher…Le fait que je ne sois pas de la région n’était pas non plus un frein, des ateliers existaient (Généalogie, Paléographie), des conseils pouvaient m’être donnés, et pour me permettre de mieux les connaître je fus invitée à l’Exposition Annuelle du Cercle qui avait pour Thème « L’insurrection de 1851 dans la Drôme ».

Cette première visite au Cercle avec (par ordre de rencontre ce même jour) Pierre, Monique, Nadyne, Raymond, Sandy et Jean-Pierre, devait  changer le cours de mon Histoire. Car lors de notre seconde rencontre fut évoqué le thème de l’Exposition de l’année suivante, et celui-ci fut le catalyseur de mes recherches : « Les enfants abandonnés et leurs nourrices du XIX e siècle à nos jours ». Il fut donc évident de m’inscrire aux Commissions de travail et de m’engager sur le sujet.

C’est en cherchant, lisant et recherchant encore que je découvris qu’effectivement les enfants dits « assistés » étaient souvent accompagnés de légendes familiales qui n’avaient rien à voir avec la réalité, mais également que  leurs dossiers étaient consultables. En travaillant sur l’Exposition à venir je me décidais donc de me mettre en quête de leurs dossiers. Ce fut là ma première démarche aux Archives de Paris pour mes 2 Grands-parents Paternels, puis aux Archives de Saint Etienne pour ma Grand-mère Maternelle. Après avoir prouvé ma filiation,  alors même que mon Père ainsi que mon Oncle étaient toujours vivants, j’ai tout de même pu recevoir leurs dossiers.

Pour ma Grand-mère Maternelle sur Saint Etienne l’abandon était clairement établi car sa Mère l’avait placée en Nourrice pour ne plus jamais ni la reprendre, ni régler ce qu’elle devait à la Nourrice, c’est alors qu’elle a été placée à l’Assistance Publique.

Pour mon Grand-père Paternel alors que la légende familiale faisait état d’un abandon dans une Eglise et d’un nom donné par le Prêtre de celle-ci, et alors que je pensais porter le nom de ce Prêtre, je pus découvrir dans le dossier que l’enfant avait était confié à l’Assistance Publique par la Sage Femme qui le déclara avec le nom de la Mère, et qui avait donc le statut d’enfant Naturel. Son dossier comportait assez peu de choses mais ce renseignement est pour moi important il m’apprend que le nom que je porte est bien le mien.

Pour le dossier de ma Grand-mère Paternelle je découvris le Graal.

En effet bon nombre de renseignements étaient donnés, pour certains masqués, mais une région, un pays, un nom quelque peu déformé, des dates modifiées permettaient de laisser des traces et de donner des pistes, tels les petits cailloux du Petit Poucet. Le récit de ces découvertes a été présenté lors de l’Exposition.

C’est à ce moment là que le Cercle reçut une demande de France Télévision qui recherchait une Généalogie atypique dans le cadre d’un futur documentaire, Nadyne la Présidente m’en informa et contact fut pris avec le Réalisateur.

Il était intéressé pour suivre une personne dans le cadre même de ses recherches en l’accompagnant sur place.

Après beaucoup d’hésitations je décidais que l’opportunité m’était donnée de chercher et donc peut-être de trouver en suivant les petits cailloux que je venais de découvrir.

C’est ainsi que pour les besoins du reportage je suivis les indices laissés par mon Arrière Grand-Mère Paternelle et que je fis le chemin sur ses pas, en partant des Archives de Paris pour arriver dans les Vosges afin d’y rencontrer ma Famille, qui découvrait l’existence de cette enfant ma Grand-Mère, dont personne n’avait jamais entendu parler, ainsi que mon existence, et m’ouvrit ses bras et son cœur…. C’est ainsi que je sais aujourd’hui que ma Grand-mère paternelle n’a pas été abandonnée mais confiée à l’Assistante Publique par sa Maman, et ceci fait toute la différence…

C’est ce parcours qui a fait l’objet de ce reportage que vous pourrez découvrir sur France Télévision, Sur France 3 Côte d’Azur, dans la série Documentaire « Des Histoires et des Vies » le vendredi 19 décembre 2014 à 8H50 (Canal à recherché sur votre Box ou TNT) pour une première diffusion restreinte, avant sa diffusion Régionale puis Nationale en 2015. Le Documentaire s’intitule « En quête de soi »,  52 minutes où vous pourrez découvrir 3 généalogies atypiques dont la mienne.

Je ne sais pas du tout quel va être le rendu de ces 3 jours de tournage, mais ce que je peux dire aujourd’hui c’est que grâce à cette opportunité qui m’a été donnée ma vie a été transformée, beaucoup de questions ont trouvés des réponses,  ma Famille s’est agrandie de quelques membres qui me comblent de joies et d’amour au quotidien, car même sans connaître l’existence des uns et des autres, des similitudes existent qui sont troublantes et qui nous dépassent, avec la sensation pour nous aujourd’hui de nous connaître depuis toujours…

Depuis nous formons une vraie Famille et avons partagé un deuil, une naissance et de nombreux anniversaires car nous sommes nombreux à être du mois d’août, bref tout ce qui constitue une Famille…la Mienne.

Depuis la fin du tournage je connais très précisément le parcours et la vie de mon Arrière Grand-Mère, je connais  également  son visage. Je sais aussi qu’elle a eu une seconde fille de 16 ans cadette de ma Grand-Mère, qu’elle-même a eu un Fils  que nous venons de retrouver, qui ne savait rien de notre existence et nous nous réjouissons mutuellement de cette belle Famille en construction. Ce nouvel Oncle pour moi n’a que 9 ans de plus que moi et les liens que nous sommes en train de tisser s’annoncent très beaux et durables…. Ma vie continue avec toutes ces branches en plus dans mon arbre qui me réjouissent un peu plus chaque jour.

Je rentre d’ailleurs de Lorraine où pour la première fois j’ai pu découvrir les Marchés de Noël de l’Est de la France, où ma Famille m’attendait avec impatience pour quelques jours magiques en leur compagnie si précieuse.

Nous ne pourrons rattraper le temps perdu, mais nous sommes bien décidés à ne plus jamais en perdre…

Pour avoir franchi le seuil du CGDP, avoir écouté leurs précieux conseils, avoir participé à l’Exposition sur les enfants abandonnés et avoir saisi l’opportunité de ce Documentaire, j’ai la chance aujourd’hui d’avoir découvert beaucoup de choses sur ces 3 Dossiers d’enfants abandonnés qu’ont été 3 de mes Grands-parents, j’ai aujourd’hui beaucoup de réponses à mes questions, c’est pourquoi j’incite tous ceux qui ont comme moi des questionnements, à ne pas se contenter des légendes familiales, mais à chercher, chercher et chercher encore…. Le seul « risque » est celui…. de Trouver, et pour tout ceci je remercie encore le CGDP et ses précieux membres pour leur aide, leur soutien et leur amitié.

 

Cathy LACHÊNAIE."

 

Commenter cet article